C’est pour qui les dadar gulung ?

Nos petites crêpes vertes fourrées à la noix de coco et au sucre de palme vous ont manqué ? Vous les adorez, mais vous ne savez pas trop pourquoi ? Il est temps de faire un petit topo sur ces ingrédients si mystérieux qui les composent…

 

Vous avez dit noix de coco et sucre de palme ? Noix de coco, on voit ce que c’est, mais sucre de palme…

Le sucre de palme, c’est ce que d’jawa vient de recevoir par bateau. Tout droit venu d’Indonésie, il est l’ingrédient phare de nos crêpes. Sa saveur unique ne ressemble en rien au sucre blanc, ou au sucre de canne. Et c’est pour ça que vous les aimez.

 D’où vient-il ?

Le sucre de palme provient principalement d’Indonésie, et de ses terres volcaniques. La terre y est fertile et les palmiers aren poussent facilement. C’est le jus de ces palmiers que l’on va extraire, puis transformer en sucre aren, ou sucre de palme.

 Sucre de palme et écologie

Contrairement au palmier à huile (produisant de l’huile de palme), le palmier aren ne pompe pas l’eau et les sels minéraux de la terre. Son aliment préféré : les rayons du soleil ! Vous l’aurez compris :« Mangez des dadar gunlung, mangez du soleil ! » En plus, voici que l’activité volcanique s’en mêle ! Cette dernière alimente une centrale géothermique (centrale qui utilise la chaleur de la Terre pour transformer l’eau en vapeur, et produire de l’électricité). Vous vous demandez sûrement où est le point commun entre l’électricité et le sucre de palme… C’est la vapeur ! Celle-là même qui est produite par la centrale géothermique sert à transformer le jus d’aren en sucre de manière traditionnelle.

 Résumons : le sucre de palme provient d’un palmier ne se nourrissant que des rayons du soleil (le chanceux), il est produit de manière largement écologique grâce à l’activité volcanique indonésienne et en plus, il crée des emplois ! A quand la plantation de palmiers aren pour baisser le taux de chômage près des volcans d’Auvergne ? ;)

En attendant, ces dadars gulungs nous font travailler, et elles vous régalent, ce qui n’est déjà pas si mal. Venez les retrouvez chez d’jawa au 148, rue Montmartre, à Paris !

Cette entrée a été publiée dans d'Jawa news, Indonésie culinaire, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>